PICOHÉLIO : Éphéméride solaire à base d’Arduino.

Avant propos.

Chère lectrice, cher lecteur,

Avant de foncer tête dans le guidon, il me semble utile de vous prévenir que toutes les images qui sont présentes dans ce didacticiel sont de très médiocres qualités. En effet, elles sont issues de copies d’écran, technique qui engendre une perte de qualité considérable. Par ailleurs, ce didacticiel que l’on peut consulter en ligne est particulier, en ce sens qu’il est accompagné d’autres documents indispensables qui ne seront pas « inter-actifs », mais consultables par téléchargement de picohelio.ZIP et contenant surtout des programmes pour la carte Arduino. Tous les éléments dont vous aurez besoin sont ici. Durant le didacticiel il sera fait référence à ces derniers. Je vous invite donc fortement à commencer par approvisionner le « paquet cadeau » qu’il faudra décompresser de façon classique. Un petit fichier CONTENU.txt précise la liste exacte de ce que contient picohelio.ZIP. Ainsi, il vous sera possible de bénéficier du didacticiel original avec des images de qualité maximale. Par ailleurs, bien que pouvoir consulter en ligne est un plus incontestable, les possesseurs de liseuses électroniques seront également heureux de pouvoir disposer de ce document sur leur appareil électronique. On peut maintenant passer au vif du sujet.

La première question que va se poser le lecteur éventuel de ce didacticiel : À quoi peut bien servir cette chose qui ressemble à s’y méprendre à la petite station météorologique du même narrateur. Répondre à cette question n’est pas immédiat, surtout à l’époque où le maître mot qui gouverne est « LA RENTABILITÉ ». Dans un tel contexte, vous pouvez oublier ce didacticiel et passer à d’autres activités. Il me serait possible de vous faire une réponse de type « COM », politiquement correcte du genre : « Avec l’Hélioscope Arduino vous brillerez au devant de la scène à votre prochaine soirée mondaine, tous les invités seront béats quand vous présenterez cette merveille de technologie. » Franchement, inutile de faire une vilaine bosse sur la pochette de votre smoking pour emporter le petit appareil. Seul but à le fabriquer : Le plus pur plaisir de créer. Il faut y voir une récréation ludique, dont seul le cheminement sera le bénéfice des quelques heures englouties à sa matérialisation.

Concrètement, il consiste en une application ludique visant à mettre en œuvre une minuscule carte électronique NANOARDUINO dans une application amusante, mais qui au point de vue informatique couvre pratiquement tous les chapitres de la programmation. Un investissement purement gratuit, juste pour le plaisir. Cette idée est en fait un dommage collatéral à la fabrication d’instruments astronomiques anciens, notamment l’héliothéodolite dont vous pouvez télécharger le didacticiel de fabrication ici.
L’appareil montré sur la Fig.1 relève plus d’une œuvre d’art que d’un instrument scientifique absolument indispensable dans votre univers quotidien. Cet instrument a impliqué plusieurs semaines pour sa mise au point, imposant des observations astronomiques qui ne pouvaient se faire que par beau temps. Il aurait été bien commode à cette époque de posséder son tout petit frère électronique pour corroborer les informations qu’il donnait avec la réalité solaire.

Désolé de vous obliger à attendre le prochain chapitre pour avoir la liste de ce que peut donner le petit module à base de microcontrôleur, mais, lorsque le gros instrument de la Fig.1 a été achevé et qu’il a commencer à donner des résultats enthousiasmant, je me suis demandé ce que l’on pourrait faire d’équivalent avec les technologies du présent. En effet, les processeurs actuels présentent des puissances très séduisantes, et, avec des langages évolués comme le C++, il devient facile de les programmer, de soumettre à ces picocalculateurs des formules compliquées. Alors pourquoi ne pas se divertir à utiliser l’un de ces petits modules, l’associer à un afficher graphique, et lui faire montrer à notre convenance tout ce que l’on peut désirer relatif au mouvement du Soleil dans notre ciel diurne ? Toutefois, avant de foncer tête baissée dans le vif du sujet, il m’a semblé plus agréable à replacer l’idée de base de cette réalisation dans son contexte

C’est dit,  nous allons nous servir de l’astronomie comme prétexte à jouer les programmeurs pour remplacer le magnifique instrument de la Fig.1 par un poucet minuscule capable, non pas de le remplacer, mais de cohabiter harmonieusement pour vérifier les informations issues de l’Héliothéodolite. Le gros instrument permet d’effectuer des visées sur l’astre du jour et d’en déduire des mesures et des informations. Le petit module électronique quand à lui se comporte comme une éphéméride solaire pouvant visualiser à notre guise les paramètres solaires dont on désire les valeurs. Il peut s’avérer comme un précieux complément pédagogique, lors qu’avec des amis on a prévu une soirée astronomique, et que l’on va aborder avec eux des notions aussi complexes que l’heure, les saisons, la durée du jour, ce que signifie aurore, crépuscule, midi …

Nous savons depuis l’école primaire que le Soleil se lève à l’Est et se couche à l’Ouest. Comme tout ce que l’on aborde à cette jeune étape de notre vie, ces vérités bibliques sont plus que des enseignements. Ingérés dans nos plus tendres années, de telles informations confinent à de l’ABSOLU. Naturellement, il n’est pas question d’en douter, d’autant plus qu’avec les années, ce type d’assertion se grave dans le marbre. Et pourtant … c’est totalement faux plus de quatre cinquièmes de l’année qui s’écoule, et encore, ce verdict est particulièrement tendre. Aussi, PICOHÉLIO peut servir à le prouver quand avec nos amis on va mettre en service le gros instrument, ou tout simplement lorsque durant l’attente de la nuit étoilée, on abordera le sujet avec nos amis.

Bref, outre le plaisir de programmer sur Arduino des fonctions complexes comme la gestion d’un afficheur, d’un clavier, d’une horloge interne, on couplera ce plaisir à celui de cheminer dans des sentiers que l’on croyait d’une banalité à pleurer et qui tout compte fait ne sont pas aussi évidents que l’on nous l’a enseigné. Quand à notre montre, elle nous donne l’Heure légale, qui n’a tout compte fait pas grand chose à voir avec l’Heure Solaire, c’est à dire celle qui sans que nous le sachions influence en permanence notre corps et notre esprit. Ce petit instrument électronique ouvre un éventail vers de belles conversations passionnées en perspectives …

Comme j’ai plaisir à le répéter dans chacun de mes tutoriels, l’important n’est pas le but atteint, mais le cheminement qui nous y a conduit. Je vous souhaite à toutes et à tous, de trouver du vrai plaisir à vous égarer dans ces pages, avec comme faux prétexte la réalisation d’un petit appareil électronique, et comme finalité non avouée … vous faire rêver.
Amicalement : Nulentout.

Le chapitre suivant est ici.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *