Interface de puissance secteur jusqu’à 40 ampères à piloter avec un module Arduino.

Chère lectrice, cher lecteur,

Avant de foncer tête dans le guidon, il me semble utile de vous prévenir que toutes les images qui sont présentes dans ce didacticiel sont de très médiocres qualités. En effet, elles sont issues de copies d’écran, technique qui engendre une perte de qualité considérable. Comme pour tous mes autres tutoriels, vous trouverez lintégralité de ce document au format.PDF ici.

Ainsi, il vous sera possible de bénéficier de l’original. Par ailleurs, bien que pouvoir consulter en ligne est un plus incontestable, les possesseurs de liseuses électroniques seront également heureux de pouvoir disposer de ce document sur leur appareil électronique. On peut maintenant passer au vif du sujet :

Contrairement à ce que laisse à penser le titre, cette interface de puissance n’est en rien spécifique à Arduino. Bien qu’elle soit en exploitation sur une petite centrale météorologique animée par une mini carte Arduino, (Disponible ici.) tout microcontrôleur ou microprocesseur capable de fournir quelques milliampères sous 5Vcc sur une sortie binaire pourra piloter ce module.

Partant du principe que « qui peut le plus, peut le moins », le relais statique sélectionné peut conduire jusqu’à 40 ampères sous 380V alternatif. Toutefois, pour de tels débits il faudrait l’intégrer dans une armoire électrique  apte à distribuer de tels ampérages. À ces puissances commutées, le relais qui sur le prototype est déjà placé sur un radiateur devrait en outre se voir ventilé efficacement.
Le dispositif décrit dans ce document reste plus modeste, car de dimensions réduites, c’est le cordon secteur qui limitera la performance à 16 ampères. Ce courant autorise une puissance non négligeable de 3,5kW largement suffisante par exemple pour automatiser le chauffage hivernal d’une petite serre d’agrément. Autre caractéristique du relais statique utilisé, ce dernier peut piloter aussi bien des charges résistives que des matériels inductifs. Commutant au « passage zéro des sinusoïdes », il ne génère pas de parasites radio et chauffe très modérément aux courants indiqués. Du coup, bien qu’un ventilateur sur le dessus du boîtier fût prévu à l’origine du projet, ce dernier s’est avéré totalement inutile simplifiant la réalisation et diminuant d’autant le volume du coffret.

ATTENTION : bien lire tout se qui se trouve dans l’encadré donné ci-dessous :

La suite est ici.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *