Mettre en œuvre du polystyrène choc.

Facile à se procurer par le biais du commerce en ligne, particulièrement agréable à usiner, percer, limer, ce matériau vendu en plaques de diverses épaisseurs et diverses tailles, est absolument parfait pour le bricoleur du dimanche. Utilisé depuis des années pour réaliser des coffrets électroniques, des petites mécaniques de robotique etc, je ne saurais plus m’en passer. Pour trouver un magasin de vente par correspondance, donnez les deux mots clef Polystyrène et Choc à un quelconque moteur de recherche et vous n’aurez plus qu’à mettre dans le panier une ou deux plaques de votre choix. Pour ma part j’ai utilisé plusieurs épaisseurs, le meilleur compromis semble 3mm que j’approvisionne en grandes plaques blanches, car j’en fais une consommation abusive.
Outillage indispensable : On ne peut vraiment pas se contenter d’un simple cutter, il faut impérativement investir dans du luxe. La débauche de matériel à acquérir est présentée sur la Fig.12 qui correspond au minimum vital. En 1 la petite chignole à manivelle qui m’a été donnée par mon amis Jules il y a plus de quarante ans car je n’avais rien pour percer mes circuits imprimés. Elle n’avait déjà pas le bouchon du manche prévu pour y loger des forêts tels que 2. L’engrenage a pris du jeu, elle en a percé des milliers de trous cette fidèle compagne ! Il existe bien des petites perceuses électriques sur colonne, mais je n’ai jamais rien trouvé de plus précis que ma ringarde « tournicotine ». En 3 des petites limes de qualité, ou comme en 4 une lime pour réaffûter les chaînes de tronçonneuses. Ajoutez deux ou trois feuilles de papier verre pour poncer avec finesse et l’on a pratiquement tout ce qu’il faut. Avec ces ustensiles, je découpe et peaufine mes pièces sans problème au dixième de millimètre. Je dispose d’un alésoir qui permet d’agrandir les trous de grand diamètre, mais avec une lime ronde ou semi-ronde on peut s’en passer. Ajoutez également une équerre et l’indispensable est réuni. Pour les forêts 2 il faut une série complète entre 1mm de diamètre et six millimètres, ou plus pour chanfreiner les trous.
Façonnage des pièces : Pour les découper, après avoir tracé avec précision le contour, on marque un peu en profondeur des deux cotés avec le cutter. En forçant entre les deux voisinages d’une rayure, les éléments se séparent. Petite amélioration de l’aspect visuel à la lime, puis parfaire la rectitude et la perpendicularité éventuelle avec un autre coté sur la feuille de papier verre et l’élément est paré pour son inclusion dans l’ensemble dont il va faire partie. La méthode présentée en Fig.13 pour ajourer des formes complexes peut sembler indigeste. Elle consiste à percer des trous de diamètre 3mm proches les uns des autres ou sécants pour fragiliser la zone centrale. Au cutter on coupe les tenons. Et quand « l’étoile » centrale se décroche, les limes ou le papier verre font le reste. C’est facile et très précis. Si des cotés sont long, quatre trous réunis permettent
d’introduire une lame de scie. On coupe alors de façon rectiligne rapidement sur de fortes longueurs.
Souder les éléments entre eux : On trouve librement en droguerie ou dans les magasins de bricolage du Diluant Cellulosique. Avec un petit pinceau, vous en passez sur la tranche à souder, vous appliquez un peu fortement sur l’autre pièce et les deux se soudent. Ce n’est pas du collage, mais bien de la soudure autogène. On peut facilement en souder trois ou quatre, et avant que l’assemblage ne devienne résistant, les faire glisser pour les placer bien bord à bord ou corriger des équerrages. Pour aboutir à des éléments de forte épaisseur, on applique du diluant sur toute la surface de l’une des plaque et l’on presse sur l’autre. Un petit serrage à l’étau d’établi et l’on a définitivement une pièce unique de forte épaisseur. On peut ainsi, par exemple créer une semelle très rigide, empiler plusieurs couches. Quand le total est durci, on lime alors les cotés pour obtenir une pièce parfaite, avec arrondis, chanfreins etc.

La suite est ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *