MINI LABORATOIRE LCD totalement autonome.

Bien qu’une étude « minimaliste » à base d’un Arduino secondé par un SHIELD LCD soit parfaitement envisageable, nous allons dans une première approche
pragmatique, cheminer directement vers le développement d’un mini laboratoire totalement autonome et très compact.

Il n’est pas question dans ce document de reprendre entièrement la trame expérimentale pour la découverte du mesurage par utilisation d’une carte Arduino. Il vous suffira d’aller consulter le volet intitulé Mini laboratoire USB Avec Arduino pour revoir éventuellement les nombreux concepts qui y sont abordés. Le cheminement qui vous est proposé dans ces pages va nous permettre de progresser dans l’utilisation de l’ATmega328 et dans celle d’une carte Arduino UNO. Le cœur électronique de notre mini laboratoire est un petit fréquencemètre intégrant directement un afficheur LCD et équipé d’un ATmega328. La référence chez le fournisseur auprès duquel je me suis approvisionné stipule en toutes lettres : Utilisable comme un ARDUINO, il est basé sur un ATmega328 préchargé avec le programme de fréquencemètre et le bootloader sériel. Cette information n’est pas anodine du tout et m’incite dès cette première page de présentation du projet, à apporter deux précisions relatives à ce produit facile à se procurer en ligne :

  • Utilisable comme un ARDUINO ne veut absolument pas dire que l’on peut dialoguer sur la voie série USB et ainsi reprogrammer son microcontrôleur par l’entremise de l’IDE. Elle signifie juste que toutes les Entrées/Sorties » sont compatibles avec celles d’un Arduino. C’est déjà pas mal.
  • Beaucoup plus important pour nous, la mention préchargé avec le bootloader sériel signifie que potentiellement l’ATméga328 qui est fourni incorpore le petit programme qui permet le dialogue avec l’IDE. Il suffit d’ajouter l’électronique qui gère la ligne série … TROP COMPLIQUÉ !

Mais une solution élémentaire va nous permettre de disposer à peu de frais de cette électronique miracle qui permet l’accouplement avec un P.C : Il suffit de disposer d’un Arduino UNO. Une liaison filaire à sept fils que nous allons réaliser et le tour est joué. On programme alors le module fréquencemètre initial exactement comme un Arduino UNO. Fabuleux non ?

Espérant ne pas me tromper, je fais l’hypothèse que vous aimez la programmation, et que vous avez porté votre dévolu sur l’Arduino UNO. Les seuls investissements à prévoir seront ceux de l’achat du fréquencemètre et des composants qui vont transformer ce produit en un laboratoire complet et particulièrement compact. Comme pour notre aventure dans le domaine du mesurage, nous allons vous proposer dans ces lignes une approche progressive, où étape par étape nous allons franchir de nouveaux obstacles. Bien que l’aboutissement sera un mini laboratoire particulièrement convivial et adapté au développement d’applications diverses sur microcontrôleurs, nous allons « gambader » progressivement et de façon ludique. Durant ces expérimentations, on va pousser assez loin la maitrise des afficheurs LCD puisque l’on va aller jusqu’à se programmer des caractères personnalisés, fonctionnalité assez peu abordée dans les exemples d’utilisation disponibles en ligne.

Sans chercher à dévaloriser le petit fréquencemètre en critiquant son logiciel, ce serait stupide, je désire toutefois vous présenter ici mon sentiment sur ce petit KIT. Le logiciel programmé pour animer cette petite merveille de technologie me semble « terne » pour un produit commercialisé. C’est du reste cette particularité qui m’a incité à en reprendre le programme. Par contre, le matériel au contraire est « parfait ». Particulièrement bien conçu, il nous ouvre des possibilités aussi étendues que s’il s’agissait d’une carte Arduino, mais bien plus compacte et équipée de deux circuits imprimés qui s’assemblent en gigogne et présentent des dimensions identiques. Logiciel tristounet mais matériel sans reproche. Quand au programme, je vous invite fortement à lire le contenu de la page qui suit et qui relativise mes propos péjoratifs à son sujet et met en valeur les mérites de son auteur. Le but de cette page d’observation consiste à vous montrer les améliorations déjà apportées, auxquelles on va adjoindre d’autres perfectionnements d’ordre esthétiques.
En résumé : Vous donner envie de continuer sur ce sentier déjà pas mal débroussaillé.

Fonctions prévues sur le mini laboratoire autonome à affichage LCD.

Visiblement cette page est une copie presque conforme de la mise en bouche abordée avec le Mini laboratoire USB dont on retrouve globalement les mêmes fonctions. C’est assez logique puisque l’expérimentation USB avait pour but de démontrer la pertinence des concepts retenus et d’en développer les séquences de programme. On va retrouver les fonctionnalités déjà mises au point, auxquelles s’ajoutent celles coloriées en rose qui les complètent en bénéficiant de certains possibilités nouvelles offertes par la présence d’un afficheur LCD.

Dans le tableau donné ci-dessous, on retrouve exactement la répartition des Entrées / Sorties qui avait été adoptée pour le petit frère fonctionnant sur la ligne série USB. C’était largement prévisible puisque ces affectations avaient anticipé l’élaboration de ce projet et devaient en assurer la compatibilité à 100%. Nous pouvons débuter nos amusements informatiques. Mais en préalable il faut réaliser la liaison filaire de dialogue avec l’IDE. C’est un incontournable.

>>> Page suivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *