Empiler les trois circuits

Résolution d’un problème de connectique.

Trouver une solution simple, facile à réaliser et surtout utilisant des connecteurs très ordinaires n’était pas spécifiquement immédiat. Pour assurer la jonction entre le circuit imprimé 2 du KIT et notre module personnel 6, comme visible sur la photographie modifiée de la Fig23 on constate dans le médaillon jaune qu’il est fait appel à une cascade de trois connecteurs. De type standard sous forme de barrettes au format HE14 (Au pas de 2,54mm.) notre circuit personnalisé en utilise deux pour former une paire complémentaire. En observant la Fig.22 on peut plus facilement comprendre comment sont réalisées ces « rampes » de branchement. En A on voit le connecteur mâle du KIT fréquencemètre. C’est

sur lui que se branche notre électronique qui sur la Fig.23 est délimitée en partie par les traits verts. Une barrette sécable mâle de type HE14 B est placée sur le dessus de 6. Cette barrette coloriée en vert sur la Fig.23 et en violet sur la Fig.22 est solidaire coté cuivre de 6 par les soudures S1.

Ensuite, un connecteur femelle C est inséré sur A et le circuit 6 est assemblé mécaniquement avec le KIT. Quand le total est bien en place, on ajuste au mieux B sur C et l’on soude toutes les broches en S2. Nous avons ainsi muni notre circuit électronique d’un connecteur femelle situé coté cuivre et assez long pour s’insérer sur celui du KIT. Souder ensemble B sur C quand les deux circuits sont assemblés avec les entretoises garanti que les deux connecteurs se correspondent lors qu’après une séparation on désire remonter le tout. Dans la pratique, le connecteur sécable B est de type « broches longues ». Réaliser cette connectique est en fait bien plus simple que ne le laisse supposer ces explications laborieuses.

Si vous observez finement la photographie de la Fig.23 vous constaterez que B et C sont très légèrement décalés latéralement. C’est le résultat d’une non coïncidence parfaite inhérente aux décalages mécaniques inévitables sur une telle réalisation. Ce petit décalage est strictement sans importance, ce qui compte c’est que l’alignement des connecteurs A et C soit parfait quand on insère le module, ses trous de liaison coïncidant simultanément avec les axes des vis de liaison sur les entretoises.

Fig 23

Fig 24

La Fig.24 présente le circuit électronique vu côté cuivre. On y voit clairement les pistes qui ont été coupées par endroits pour créer des isolations électriques.

En haut de cette photographie se trouvent les deux connecteurs réalisés comme expliqué ci-avant. Vers le bas de cette image se trouvent les trois LED ainsi que le connecteur femelle qui permet les multiples branchements avec les cordons de mesure. La Fig.25 permet de voir l’ensemble une fois

Fig 25

que les trois circuits sont rendus solidaires par les entretoises. On distingue nettement la petite entretoise de 4mm de longueur sur laquelle est immobilisé le régulateur tripolaire +5Vcc. Vous pouvez également constater que la résistance de « puissance » de 10 Ω est bien écartée du circuit imprimé pour assurer son refroidissement efficace. Vous pouvez noter aussi qu’une fois notre module personnel inséré sur les connecteurs, les trous filetés des entretoises coïncident bien avec les trous de fixation du circuit imprimé. La Fig.26 présente une autre vue de l’ensemble. En X on voit que la résistance de limitation du courant dans la petite LED rouge est branchée directement sur l’un des picots du connecteur. Elle a été ajoutée par la suite sur le prototype et il manquait un peu de place …

Fig 26

>>> Page suivante.

Fig.26

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *