Étude du circuit imprimé

Réalisation du circuit imprimé définitif.

Parler de circuit imprimé n’est qu’une approximation de langage, car en réalité notre carte électronique est réalisée à partir d’un circuit prépercé muni coté cuivre de pistes parallèles. Ce type de produit est très courant et permet notamment de concevoir et de concrétiser des prototypes. On se contente de couper les pistes aux endroits stratégiques, que l’on complète par des ponts pour réaliser les jonctions. Cette technique serait aberrante en grande série, mais à l’échelle unitaire et surtout en loisir est non seulement justifiée, mais elle est aussi beaucoup plus

Fig 18

simple à mettre en oeuvre que de confectionner « chimiquement » un véritable circuit imprimé. Dans l’état actuel de l’étude en cours, les nombreux compléments envisagés pour le multimètre n’imposent plus, tout au moins en première analyse, d’ajouter quoi que ce soit au schéma actuel. Enfin … presque. Dans les possibilités éventuelles qu’il ne faut pas abandonner, D0 et D1 doivent rester disponibles. Autant les relier au connecteur utilisateur. Servant également à « téléverser » le programme dans le microcontrôleur, pour s’affranchir de tous les aléas possibles en développement, si elles sont reliées à du matériel en vue d’une utilisation future, elles sont réunies au connecteur utilisateur par l’entremise de « straps » que l’on peut librement mettre en place ou isoler. (Voir la Fig.18) L’intégralité de l’électronique à placer sur le circuit 6 est maintenant définie. Notez au passage que la photographie de la Fig.19 ainsi que les dessins sont trompeurs. Ce circuit est petit et présente exactement les dimensions des deux circuits imprimés du KIT.

Agencement détaillé du circuit imprimé. 

Représenté sur la Fig20 le dessin montre que le taux d’occupation est assez élevé et justifie pleinement l’étude d’un circuit rigide excluant des composants soudés « en l’air ». Le régulateur intégré tripolaire est représenté en représentation filaire pour montrer le câblage situé en dessous. Il n’est pas serré directement sur le circuit imprimé mais en est écarté par une petite entretoise de longueur 4mm. Ce n’est pas qu’il chauffe vraiment, mais plus pour satisfaire un principe personnel dont je ne déroge presque jamais : Tout composant susceptible de chauffer est systématiquement écarté de la surface du circuit imprimé qui le supporte. Il en est de même pour la résistance de 10Ωdu calibre 500mA. Elle peut dissiper jusqu’à 2,5W en permanence. C’est la raison pour laquelle elle est dimensionnée en conséquence et soudée légèrement écartée de 6. La photographie de la Fig.19 montre l’aspect final du prototype achevé, et la Fig.21 en précise le dessin vu coté pistes. Comme il s’agit d’un « banc d’essai », une plaque pré percée est utilisée avec une profusion de ponts de liaison. Pour une série il serait plus concevable d’étudier un circuit imprimé double face optimisé.

>>> Page suivante.

Fig 20

Circuit imprimé vu coté pistes.

Fig 21

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *