Fin du cheminement avec Arduino

Le revers de la médaille !

Fig 74

RESET !

Prétendre qu’un logiciel ne se bloquera jamais relève d’une naïveté poétique. Aucun logiciel ne peut être garanti sur ce point, sauf s’il a fait l’objet d’une démonstration de programme. Sachant qu’une telle vérification demande autant de temps que le développement du programme, on comprend assez facilement pourquoi rares sont les services qui engagent une telle étude. Notre logiciel ayant

Fig 75

bénéficié d’un jeu d’essais particulièrement soigné, nous pouvons estimer qu’un aléa de type « mauvais code » conduisant au blocage complet du logiciel reste peu probable. Sur cette estimation très optimiste, il n’a pas été jugé utile de surcharger le coffret d’un bouton de plus pour le RESET. Par contre, il peut arriver que le logiciel se bloque sur une séquence logicielle sans que ce ne soit forcément une erreur de programme. Par exemple vous passez par erreur sur la fonction CAPACIMÈTRE. Tant qu’un condensateur ne sera pas présenté à l’appareil de mesure, il ne sera pas possible de sortir de cette fonction avec le B.P. FC+ long. Pour palier ce genre de situation un peu « agassive », comme montré sur la Fig.75 un bouton poussoir est soudé sur les broches 7 et 9 d’une fiche DB9 mâle. Bien que la rigidité serait suffisante, le corps blanc du modèle représenté est « agglutiné » sur la DB9 par une dose copieuse de colle Araldite. Quand une telle situation se produit, vous récupérez le petit dispositif dans la boite des accessoires qui ne cesse de s’étoffer au fil du temps, vous l’insérez sur la DB9 de programmation et… clic, le tour est joué !

 ATTENTION DANGER : LISEZ IMPÉRATIVEMENT CE PARAGRAPHE.

Comme n’importe quel appareil de mesure, aussi simple soit-il, tout outil impose à son utilisateur des compétences pour éviter des incidents tant matériels qu’humains. C’est particulièrement vrai dans le domaine de l’électricité. Branchez le mini laboratoire en mesure d’intensité sur une alimentation quelconque et c’est le court-circuit franc. Alimentation ou Arduino peuvent en subir des dommages. Si durant les expérimentations vous réunissez incorrectement les composants sur une platine d’essai, certains d’entre eux peuvent être détruits. Il importe donc à chacun d’estimer ses limites avant de s’engager dans un chemin sans certitude d’atteindre sans perte la destination.

En principe, dans l’environnement d’Arduino on ne rencontre que des tensions faibles et non dangereuses pour les opérateurs. Tout au plus un 24Vcc musclé pour alimenter de gros moteurs par exemple. Mais votre parcours pourra vous amener à ouvrir des coffrets dans lesquels sont présentes des tensions dangereuses, ne serait-ce que l’arrivée 220V du réseau électrique. Ne jamais ouvrir le boitier d’un dispositif électrique ou électronique quelconque si votre niveau technique dans les domaines impliqués n’est pas suffisant pour vous préserver de tout risque d’accident, tant matériel qu’humain. Ce document n’est surtout pas un cours d’électronique ni d’informatique. Ce n’est qu’une porte ouverte vers le mesurage en se promenant dans l’univers fabuleux d’Arduino.

Une ballade tout à fait ludique pour nous faire découvrir les possibilités extraordinaires du langage C complété par des spécificités remarquables pour l’ATmega328. De ce fait, si nous garantissons le bon fonctionnement et globalement les performances annoncées dès le dernier branchement effectué, ainsi que le téléportage du programme sur Arduino UNO, nous ne saurions être rendus responsables des erreurs commises par les lecteurs. Ceci étant précisé, compte tenu de la simplicité des schémas et de la robustesse des composants utilisés, en principe tout ne peut que bien se passer.

Je vous souhaite autant de plaisir à découvrir tous ces aspects pas forcément très connus, tout au moins pour des débutants, que j’en ai eu à créer mon mini laboratoire dont je tire pleinement satisfaction. C’est d’autant plus vrai qu’il correspond exactement à ce dont je rêvais. L’avantage avec Arduino, c’est qu’une fois que vous serez capable d’écrire du code sans galérer, vous pourrez adapter le programme à votre guise. C’est tout l’intérêt des systèmes programmables. Se faire du « sur mesure » sera toujours très gratifiant. Le résultat c’est bien, mais c’est surtout le chemin parcouru qui présente de la valeur…

>>> Page suivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *