Nouvelle philosophie pragmatique.

Avec une plage de fréquences pouvant aller jusqu’à 60MHz, nous devons consigner jusqu’à huit chiffres pour définir la valeur complète. Chaque chiffre indiqué va imposer de changer la valeur du PAS si l’on ne veut pas user prématurément les boutons poussoir FC+ et FC-. Suite à de nombreuses expériences, une solution aboutissant à une façade très épurée de l’appareil de mesure a été dégagée, tout en procurant un agrément d’utilisation

incontestable. Téléversez le petit programme démonstrateur P12_Synthetiseur_avec_codeur_rotatif.ino, vous allez facilement pouvoir tester cette nouvelle approche. La Fig.25 montre une présentation préliminaire de ce que pourra être PICOSYNTHÉ. On ne peut pas dire que le couvercle sera très encombré. On peut accepter le qualificatif « SOBRE » pour cette façade qui ne comporte que les deux boutons poussoir de choix des fonctions, du trou pour accéder au RESET, d’un beau bouton pour le capteur rotatif et de quelques LED pour fêter Noël et retrouver l’appareil dans le noir. Avec ces trois boutons, on va pouvoir aisément consigner PAS et fréquence. Passons en revue les techniques envisageables, et testez en détails ces dernières avec le programme n°12.

Coder numériquement une fréquence sur 7 ou huit chiffres significatifs.

Optimisé pour des opérateurs droitiers, il suffira à ceux qui sont « latéralisés » à gauche de réaliser un appareil symétrique. Le choix effectué sur la répartition des commandes laisse la main droite pour l’activation des boutons de fonction, la gauche pouvant tourner facilement le bouton du capteur incrémental. Supposons que l’on désire une valeur de 12.345.678Hz : Pire des cas puisqu’il faut consigner huit chiffres. Le protocole le plus agréable est alors le suivant :
1) Cliquer sur FC- qui impose 1Hz en fréquence, 1Hz pour le PAS et place l’index sur la ligne QRG.
2) Le chiffre de poids fort étant déjà affiché, cliquer sur FC+ qui « décale » à gauche d’une position.
3) Tourner le bouton du codeur. Avec maximum 9 PAS on aura le chiffre désiré. Si la rotation a été un peu précipitée et que la valeur est dépassée, tourner
x   en sens inverses.
4) Reprendre autant de fois en (2) qu’il y a de chiffres à imposer.

C’est facile, rapide, convivial … ADOPTÉ !

Faire varier linéairement une fréquence.

Linéairement n’est pas un terme très approprié. Progressivement ne traduirait pas non plus la méthode explicitée dans ce paragraphe. La technique décrite dans ce qui suit est relative à des modifications d’ajustement qui n’utilisent que le codeur rotatif. La manipulation se résume à des alternances entre des modifications imposées au PAS, suivies de rotations en mode QRG pour affiner la fréquence. Toute augmentation ou diminution se propage sur les multiples et sous-multiples, c’est à dire que dépasser 9 sur un DIGIT le fait repasser à zéro et incrémente le chiffre voisin avec un effet boule de neige si ce dernier est également à 9. Bref, la valeur affichée pour la fréquence se comporte exactement comme un compteur décimal de portée « huit chiffres » qui peut être incrémenté ou décrémenté par des PAS compris entre 1Hz et 10MHz. Par exemple sur la Fig.26 la valeur actuelle a été obtenue avec la méthode numérique durant laquelle toute action sur FC+ multiplie par 10 en décalant la valeur actuelle à gauche symbolisé par  la flèche rose, et forçant à zéro le DIGIT souligné en bleu. Puis le bouton central fait changer de mode, et l’index descend ou remonte comme mis en évidence avec la double flèche rouge. Étant en bas le codeur rotatif à modifié à 1000 la valeur du PAS. On remonte l’index en position violette. Les rotations du codeur agissent alors sur le chiffre souligné en vert avec débordement en amont ou en aval en fonction du sens de rotation. Naturellement on peut « panacher » les deux méthodes.

>>> Page suivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *