Réalisation du générateur

Quand le logiciel est enfin parfaitement au point, ou tout au moins c’est ce que les illusions nous font croire, que le fatras des circuits branchés entre eux dont l’occupation ne laisse plus un centimètre carré de disponible sur le bureau donne pleinement satisfaction, on frétille d’enthousiasme à l’idée d’étudier les circuits imprimés pour que cette grande araignée puisse s’accommoder d’un volume plus raisonnable. Comme visible sur la Fig.1 les divers modules sont éparpillés, et les entités « fonctionnelles » ont été assemblées sur divers petits circuits imprimés. En 1 nous avons le circuit principal qui intègre l’alimentation secteur, divers composants tels que le Buzzer, le circuit de remise à zéro du galvanomètre, l’amplificateur 60MHz et le support de la carte Boarduino. Pour rechercher la compacité la plus grande, en 2 se trouvent deux petites alimentations à découpage en 3 qui se branchent directement sur le secteur alternatif 220V. Sur cet assemblage provisoire permettant de conduire les tests, l’afficheur OLED n’est pas encore branché. En 4 on peut voir la petite alimentation de laboratoire qui pour le moment remplace les deux modules 2 qui ne sont pas encore reliés au secteur, chaque section électronique étant progressivement vérifiée puis mise en circuit. Les potentiomètres tels que 5 sont raccordés provisoirement avec des cordons d’expérimentation. Quand l’ensemble arrive à fonctionner parfaitement en totale autonomie avec tous les éléments définitifs, on peut alors passer à la réalisation du coffret qui englobera le tout, mais la phase d’intégration n’est pas toujours coopérative et une amère déception nous guette.

>>> Page suivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *