Achever la réalisation de la « prothèse correctrice »

Fig 14
Fig 14

Consacrer quatre pages pour expliciter la création de deux minuscules petites plaques et leur assemblage va certainement sembler exagéré pour certains d’entres vous. Tant mieux, c’est que vous avez déjà tourné la page et passé à la suite.

Mais je suis persuadé que cette longue narration sera « précieuse » pour ceux qui n’ont jamais pratiqué le maquettisme, et que tous les détails qui y figurent vont leur permettre de croire qu’au final cette opération relevait du « banal ».

Passons aux soudures : Disposant des deux éléments montrés sur la Fig.14 on les plaque l’un sur l’autre par leurs face « composants », c’est à dire les pistes cuivrées à l’extérieur. Puis, bridés bien en contact avec une pince, on introduit deux traversées aux extrémités et on les soude. (Les deux trous sont coloriés en rouge sur le dessin Fig.14)

Fig 15

Les deux plaques étant alors solidaire, on vérifie que tous les trous se correspondent, et surtout que le connecteur peut sans interférence être mis à sa place. On soude alors les autres traversées. Ce n’est pas du tout utile d’en souder dans tous les trous. Sur le prototype, seuls les orifices coloriés en jaunes ont été réunis, et je peux vous assurer que c’est largement suffisant. La photographie de la Fig.15 présente en A l’adaptateur vu « coté composants » avant d’y avoir introduit le connecteur dix points. L’image B présente l’ensemble vu « coté pistes cuivrées » et l’on remarque que les quatre traversées proche du connecteur n’ont été soudées que sur la bride. Elles seront soudées simultanément avec les picots du connecteur C, mais avant, prenez soin de les raccourcir à leur longueur définitive. Quand l’ensemble est terminé, prendre une loupe à fort grossissement et bien vérifier sur les deux faces qu’il n’y a pas de contact intempestif entre les

Fig 16

bandes de cuivre voisines. Compléter cette vérification à l’ohmmètre pour avoir une certitude sur la qualité de notre adaptateur. La Fig.16 le présente quand il est inséré sur un module Arduino UNO et que le connecteur voisin à huit broches est en place. Sur cette photographie les deux éléments sont simplement positionnés pour vérifier que les deux connecteurs n’interfèrent pas entre eux. Étant un maniaque de la colle Araldite, le dessus est englué dans une gangue de ce matériau. Rien à voir avec une consolidation car l’objet est d’une résistance absolue. Le but consiste à isoler les contacts électriques du dessus, précaution élémentaire qui à l’usage peut parer une pointe de touche qui viendrait en contact au mauvais endroit.

>>> Page suivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *