DESSIN À L’ÉCHELLE UNITAIRE & Photographies

Travailler à une échelle agrandie permet de bien voir l’objet représenté, d’en faciliter l’observation des nombreux détails. Mais cette méthode est trompeuse à plus d’un titre. Elle disproportionne les dimensions, fait croire que l’on a beaucoup de marge alors que dans la réalité la place est faible. Surtout elle ne permet pas la vérification directe par superposition.
Pour palier ces inconvénients, vous trouverez en Fig.18 sur le document.pdf relatif à ce didacticiel le dessin à l’échelle unitaire, que je vous conseille d’imprimer.
(L’intégralité de ces documents consultables en ligne sont issus d’équivalents extraits de fichiers.pdf qui sont fournis en accompagnement avec les programmes et les « Fiches ».)
Lors des manipulations de réalisation de votre plaque électronique, il suffira de la placer sur la feuille de papier pour comparer avec aisance les coordonnées du trou sur lequel vous désirez agir.
C’est un moyen pratique qui peut éviter bien des erreurs. En particulier pour découper l’échancrure, percer les gros trous. Il ne faut pas se tromper dans cette phase, la correction serait scabreuse. Si vous avez coupé la piste en un mauvais endroit on peut toujours rétablir la continuité en soudant un petit fil rigide.
Mais si un gros trou est décalé, le « reboucher » ne conduira pas à un résultat très séduisant. C’est tout bon, ce préalable ayant abouti à un succès mérité, nous pouvons passer au câblage.

Quelques photographies ne peuvent pas nuire.

Tout expliquer, tout préciser est strictement impossible et illusoire. Quand un auteur rédige un quelconque descriptif, se pose toujours pour lui le « jusqu’où aller ? » dont la réponse résultera forcément de compromis divers. Par ailleurs, il y a les évidences qui seront logiquement écartées pour le pas encombrer le propos. Ce qui est totalement évident pour les uns ne le sera pas forcément pour d’autres, car aucun de nous n’a le même vécu et nous regardons tous le monde qui nous entoure avec un mental très personnel. Aussi, je suis persuadé que fournir diverses photographies réalisées à divers stades de la réalisation du SHIELD ne peut qu’être bénéfique. La Fig.19 permet en 1 et 2 d’observer la
grandeur des trous alésés pour introduire les douilles pour fiches bananes. En 3 on trouve les trous allongés latéralement pour le potentiomètre de 4,7kΩ.
Enfin en 4 les deux trous allongés « verticalement » pour les deux picots de l’inverseur si le potentiomètre en est pourvu. La Fig.20 présente le coté cuivre où l’on retrouve en 3 et 4 les trous pour le potentiomètre. En 5 nous avons des séparations pour isoler les pistes dont la largeur fait « un trou ». (L’image donne à penser que la plaque est un peu creusée. Ce n’est qu’une illusion résultant de la photographie effectuée avec flash. Seul le cuivre est enlevé, il n’y a pas de relief.) En 6, plus délicat, des isolements entre deux trous voisins, la largeur entaillée est faible, entre 0,5 et 1mm.

Le circuit imprimé vu coté cuivre.

x

x

Que ce soit coté cuivre ou coté composants on retrouve des repères communs affectés aux détails spécifiques. Vous avez reconnu en 7 l’ouverture pour insérer la « protèse ». De chaque coté on retrouve les deux trous 8 de liaison avec la bride. Sur la Fig.21 le trou 8 de droite est légèrement agrandi dans le sens vertical pour permettre au montage un alignement parfait des connecteurs entre eux. La zone 10 est relative à la partie du circuit imprimé qui comportait des dessins particuliers. C’est volontairement qu’elle est utilisée afin d’avoir coté potentiomètre un espace assez large pour ne pas que les trous 3 ne soient trop proches du bord.

Le circuit imprimé vu coté composants

x

Les plus observateurs auront remarqué en 9 les deux trous légèrement alésés pour pouvoir se laisser traverser par les broches du buzzer qui sont d’un diamètre relativement important. Sur ces deux photographies le circuit semble trapézoïdal.

Cette distorsion résulte d’un cliché réalisé en mode macroscopique avec un appareil photographique qui dans ce domaine n’est pas très perfectionné. Les deux trous 2 présentent l’écartement compatible avec les broches du circuit permettant la mesure des tensions alternatives.

Circuit « imprimé » entièrement percé et usiné on peut passer à la phase de soudure des composants.

>>> Page suivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *